Bienvenue à Marcel Séguier

310seguier1507-1Par Frédéric Candian, auteur de plusieurs romans, dont Deux âmes dans l’antre des fous (Publibook, 2002) et La communauté de Thésée (Edilivre, 2009), ainsi que du recueil de nouvelles Le langage des oiseaux (Edilivre, 2015). Son site web : www.fredcandian.fr

En matière d’écriture, Marcel Séguier n’en est plus à son coup d’essai. La compagnie littéraire a publié pas moins de quatre ouvrages de l’auteur, qui se qualifie de « passeur onirique ».

Comprendre par là que Marcel Séguier aime jouer avec les mots, jouer sur les mots, comme il aime jouer avec ses personnages et les situations qu’il leur donne à vivre. Est-ce un hasard si tous les personnages en couverture de Terminus infini se voient affublés d’un nez à la Pinocchio… ou à la Cyrano de Bergerac ?

Ce serait passer du coq à l’âne, du monde de l’enfance à celui de l’adulte accompli, ou du rêve à la réalité. Ce serait encore passer des petits dessins aux belles lettres ou des petites histoires à la grande. On le voit, le champ des analogies est vaste dans l’univers de Marcel Séguier.

Et pourquoi intituler un autre livre Dans la vallée du Sennaar, si ce n’est pour nous faire comprendre que la prose poétique de Marcel Séguier doit se lire comme un « scénar » ? Ou se regarder comme un film ou une pièce de théâtre. Plutôt une pièce de théâtre, d’ailleurs, tant l’auteur semble attaché à la représentation de tableaux vivants que les personnages occupent ou traversent, comme dans un rêve.

Dans Sereno, il est bien question de rêve, puisqu’il est question de sommeil, et dans Le vent les a ôtées, on se rapproche du recueil de nouvelles, du recueil d’anecdotes, comme s’il fallait s’éveiller en invitant des personnages réels de l’histoire littéraire.

S’éveiller, oui, mais sans jamais s’éloigner vraiment de ce monde hybride qui sépare le conscient de l’inconscient, le petit monde littéraire de Marcel Séguier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *