j’ai lu : Mon handicap, ma force, ma réussite, de Christophe Markowski-Kamp

Par Frédéric Candian, auteur de plusieurs romans, dont Deux âmes dans l’antre des fous (Publibook, 2002) et La communauté de Thésée (Edilivre, 2009), ainsi que du recueil de nouvelles Le langage des oiseaux (Edilivre, 2015). Son site web : www.fredcandian.fr

Mon handicap, ma force, ma réussite, le premier livre de Christophe Markowski-Kamp, commence comme un livre sur le handicap et se termine comme un livre de développement personnel classique, le tout saupoudré d’éléments autobiographiques. Ce mélange des genres m’a laissé une impression mitigée. En effleurant les trois domaines sans vraiment les approfondir, Christophe Markowski-Kamp n’est-il pas passé à côté de l’effet recherché?

Par exemple, en ne nommant pas sa pathologie autrement que par le terme « mon handicap », en n’en définissant pas les symptômes et en ne décrivant pas les difficultés que ces symptômes ont entraîné dans son quotidien, Christophe Markowski-Kamp n’aide pas vraiment le lecteur à le comprendre et à s’identifier à lui.

Ce que je regrette surtout, c’est que l’auteur ne soit pas allé plus loin dans la description de son propre parcours, ce qui permettrait au lecteur de mieux mesurer les efforts que Christophe Markowski-Kamp a dû accomplir, de mieux prendre conscience des obstacles qu’il lui a fallu surmonter pour parvenir à l’aboutissement que constitue la publication de ce premier ouvrage.

D’un premier livre, on ne doit pas attendre la perfection, bien entendu, et lorsque je repense à mon premier livre publié, je souris intérieurement de ses innombrables défauts. Donc, si mon jugement peut paraître dur, je ne doute pas que Christophe Markowski-Kamp saura le considérer pour ce qu’il est, un encouragement à aller plus haut, plus loin, comme sur l’illustration de couverture de son livre.

Je souhaite donc achever cette critique par une note positive et par cette belle phrase tirée du livre de Christophe Markowsk-Kamp : Un optimiste est celui qui perçoit les opportunités dans chaque difficulté alors qu’un pessimiste est celui qui ne voit que les difficultés dans chaque opportunité.

Handicap, force, réussite. De la force, Christophe Markowski-Kamp n’en manque pas, comme j’ai pu le constater à travers mes échanges avec lui, et la réussite, il la touche aujourd’hui du doigt avec la sortie de ce livre. Le chemin ne fait que commencer et comme on dit, le meilleur reste à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.