Tag Archives: Bernard Fetter

portrait : Bernard Fetter

bernard-fetter-ecrivain-pierre-du-seuilPar Frédéric Candian, auteur de plusieurs romans, dont Deux âmes dans l’antre des fous (Publibook, 2002) et La communauté de Thésée (Edilivre, 2009), ainsi que du recueil de nouvelles Le langage des oiseaux (Edilivre, 2015). Son site web : www.fredcandian.fr

Pour beaucoup d’auteurs, la vocation de l’écriture est présente depuis longtemps, voire depuis toujours. Mais parfois, il faut un déclic, pour ne pas dire un drame, sans lequel la plume ne se libère jamais. Read more

Je ne suis plus qu’un murmure, de Bernard Fetter

fetter-jenesuisplusquunmurmurePar Frédéric Candian, auteur de plusieurs romans, dont Deux âmes dans l’antre des fous (Publibook, 2002) et La communauté de Thésée (Edilivre, 2009), ainsi que du recueil de nouvelles Le langage des oiseaux (Edilivre, 2015). Son site web : www.fredcandian.fr

Dans la famille poésie, je demande Bernard Fetter. Bonne pioche, avec Je ne suis plus qu’un murmure, le nouveau recueil de poèmes signé Bernard Fetter. Et la famille, pour Bernard Fetter, n’est pas un vain mot, lui qui a perdu son fils, ce qui n’est probablement pas étranger à l’inspiration de l’auteur.

L’amour, le manque, le silence, l’absence, mais aussi le temps qui passe, qui file, qui reste, et nous ramène immanquablement à nous-mêmes. Que dire de plus si ce n’est un murmure? Un murmure qui voyage jusqu’à un au-delà imaginaire, plus vrai que nature.

Ici bas, c’est La Compagnie littéraire qui se fait le relais, voire le reflet de cet au-delà et vous invite à découvrir la poésie de Bernard Fetter, à travers un murmure.

Bienvenue à Bernard Fetter

310fetterPar Frédéric Candian, auteur de plusieurs romans, dont Deux âmes dans l’antre des fous (Publibook, 2002) et La communauté de Thésée (Edilivre, 2009), ainsi que du recueil de nouvelles Le langage des oiseaux (Edilivre, 2015). Son site web : www.fredcandian.fr

Restons si vous le voulez bien avec la Compagnie littéraire, mais quittons le registre du roman sentimental pour entrer dans celui de la poésie. Non pas que les sentiments soient exclus de la poésie, bien au contraire, ils en sont la substance brute, l’expression première, qui n’a pas encore subi la nécessaire mise en forme, la scénarisation inhérente au roman de fiction.

La poésie n’étant pas mon domaine de prédilection cependant, je suis peu à même de vous en vanter les attraits. Et de la poésie de Bernard Fetter, encore moins.

Read more