Le guerrier de la rue, de Michael Allegre

Souvenez-vous ! Nous avions laissé Michaël Allègre, ancien SDF et auteur de L’orphelin marseillais, en bien mauvaise posture à la fin de son premier volume autobiographique.

Jouant constamment sur le fil du rasoir, Michaël Allègre, alors jeune adulte, a commis l’erreur de trop et se voit rattrapé par la justice.

Et c’est ainsi que Le guerrier de la rue entre en scène. Comme on peut facilement le deviner, c’est en prison que Michaël Allègre va découvrir, dans la douleur, l’Art de la guerre.

Rien à voir, cependant, avec le mythique traité militaire signé Sun Tzu. Dans la vie de Michaël Allègre, champ de bataille rime avec champ de bitume.

Michaël Allègre, contre vents et marées, a donc appris à se battre. Et il le fait encore aujourd’hui en vendant ses livres dans la rue, et ce pour simplement survivre. Michaël Allègre, au-delà de ses défauts et de ses mauvais penchants, est porté par son passé, certes, mais aussi par une énergie phénoménale qui le pousse à multiplier les projets.

Parmi eux, l’un d’eux me tient particulièrement à cœur, son projet de CD réunissant plusieurs artistes musicaux pour créer la bande son de son premier livre. C’est ainsi qu’à titre personnel, j’ai écrit et composé deux titres pour ce projet, Ricochet et Que veux-tu que je fasse?

Je vous invite, en conclusion de cet article, à découvrir ce deuxième titre illustrant L’orphelin marseillais, et son petit frère Le guerrier de la rue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.