interview : Sibile Dorne

310achronidesComment êtes-vous arrivé à l’écriture ?

Par nécessité. A une certaine période de mon existence, il m’a fallu accomplir ce qui depuis longtemps me hantait.

A qui s’adressent vos livres ?

Je n’ai pas de lectorat attitré, malheureusement. Mes livres s’adressent donc, dans un premier temps, à tous ceux et toutes celles qui recherchent une écriture qui se veut moderne.

Quel est le sujet de votre dernier livre ?

La mémoire et la possibilité de sa disparition avec l’avènement du numérique. Je parle là d’une confiscation volontaire.

Cherchez-vous à transmettre un message dans votre livre ou vos livres, et si oui, lequel ?

Oui, enfin je le crois. Celui de mettre en garde l’humanité sur sa capacité d’autodestruction et de barbarie. Il s’agit toujours de la lutte entre le bien et le mal.

Quelles sont vos influences ou vos sources d’inspiration ?

Je ne peux pas répondre à cette question ; mes influences sont trop diverses pour cela. J’ai même la sensation, pendant l’acte (d’écriture), d’écrire sous la dictée, sous la contrainte.

Avez-vous un conseil pour les auteurs débutants ?

Je suis moi-même débutant. Cependant, je conseillerais aux nouveaux auteurs de persévérer afin d’améliorer sans cesse leurs écrits. Un bon roman, une belle poésie, doivent pouvoir percer. Qu’ils n’hésitent pas à passer par l’autoédition numérique car les maisons d’édition traditionnelles ne sont pas efficaces en terme de promotion.

Avez-vous de nouveaux projets d’écriture ?

Oui, lointains, nimbés de nuit et de brouillard.

Un dernier mot ?

La lecture c’est, avec l’amour, une des plus belles entreprises humaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *