J’ai lu : L’épée de Witham River, d’Alain Raux

310epee-witham-riverPar Frédéric Candian, auteur de plusieurs romans, dont Deux âmes dans l’antre des fous (Publibook, 2002) et La communauté de Thésée (Edilivre, 2009), ainsi que du recueil de nouvelles Le langage des oiseaux (Edilivre, 2015). Son site web : www.fredcandian.fr

Vous croyez encore que les légendes ne sont que des légendes? Vous croyez encore, en notre sombre époque de consumérisme où plus rien ne nous étonne, que le mystère n’existe plus que dans les grands films à spectacle hollywoodiens?

Détrompez-vous, car durant plusieurs siècles, le mystère est resté assoupi au fond d’une rivière du Lincolnshire, en Angleterre. Tirée des eaux de la Witham River en 1825, l’épée du même nom interpelle toujours les historiens près de deux cent ans plus tard.

Mais qu’a-t-elle donc de si mystérieux, cette épée? Rien, si ce n’est une inscription apparemment indéchiffrable, même par les plus grands spécialistes. A tel point qu’en 2015, la Bibliothèque Nationale d’Angleterre a jeté l’éponge et donné sa langue au chat. Ou plutôt mis au défi les internautes d’apporter une réponse à l’énigme.

Or, cette réponse, c’est peut-être bien Alain Raux qui l’apporte. Car si tous les linguistes s’y sont cassé les dents, c’est peut-être parce qu’ils ont négligé les origines insoupçonnées de cette épée ou de son détenteur, qu’on aurait tort de chercher dans le Nord de l’Europe, mais plus vraisemblablement dans le sud de la France.

Si vous avez lu les autres livres d’Alain Raux, vous voyez déjà où l’auteur veut en venir. Dans le cas contraire, je ne peux pas faire grand chose pour vous, si ce n’est vous souffler quelques indices : les Templiers, le Graal…

Alors, vous pensiez réellement échapper au mystère? Allons, allons, et le plus mystérieux, le plus héroïque et le plus épique dans toute cette histoire, c’est que L’épée de Witham river, petit fascicule de vingt-six pages, est disponible gratuitement. Oui, oui, vous avez bien lu. Le livre d’Alain Raux est gratuit, et disponible en pdf sur le site de la Compagnie littéraire.

Si cela ne défie pas l’entendement, je rends ma chasuble de moine-soldat…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *